Traitement en arrière-plan

Signification

Le traitement de l’obscurité, également appelé « black box processing », « shadow processing » ou « automated processing », désigne les processus qui ne sont ni visibles ni influençables par l’utilisateur, c’est-à-dire qui se déroulent complètement « dans l’obscurité » et/ou en arrière plan.

Dans le contexte de la création de documents, de l’output management et de la communication avec les clients, le traitement obscur désigne des processus documentaires automatisés et contrôlés par le système pour la création, l’optimisation et l’édition de documents commerciaux. Contrairement au traitement par lots, le traitement en arrière-plan est plutôt typique de la création de petites quantités de documents personnalisés. Il est généralement déclenché par un collaborateur qui traite par exemple une opération commerciale telle qu’une déclaration de sinistre, une nouvelle demande, une modification de contrat, etc. et qui souhaite produire à la fin les documents nécessaires pour informer toutes les personnes concernées par l’opération commerciale. Alternativement, le traitement en arrière-plan peut être lancé par le système en fonction d’un événement ou d’un délai.

Processus documentaires automatisés

L’un des grands avantages du traitement en arrière-plan réside dans le fait que, dans le cas d’opérations standardisées, un système tel que la série M/ peut effectuer pratiquement toutes les activités de routine de création de documents et d’Output Management en arrière-plan, sans interaction de l’utilisateur. Les structures répétitives permettent également de s’assurer, par exemple, que toutes les personnes concernées par une transaction sont sélectionnées dans la base de données et informées en conséquence. Ainsi, le système génère automatiquement des ensembles de documents complexes avec des contenus différents pour différentes personnes.

Les temps de traitement sont ainsi réduits, la qualité de traitement augmente et le collaborateur a plus de temps à consacrer à des tâches professionnelles telles que le suivi individuel des clients. Grâce à la logique d’entreprise, il est par exemple possible de configurer la série M/ de manière à ce que les documents standard soient automatiquement traités en arrière-plan et que seuls ceux qui nécessitent une interaction de l’utilisateur soient dirigés vers le poste de travail du collaborateur compétent.

En outre, le langage de script de la série M/ permet d’intégrer la logique dans les processus documentaires, de sorte que le système puisse lancer des actions en fonction des données. Qu’il s’agisse de la transmission ciblée d’un document dans le cadre du principe du double contrôle ou de l’intégration des processus dans des systèmes externes tels que ECM, BPM, MPS, etc. Les interfaces correspondantes assurent l’intégration de la série M/ dans le système informatique existant.

Rubriques associées

Service de rappel pour vos questions

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Christel Heusler